Avis poussette Bugaboo Caméléon

Avis poussette Bugaboo Caméléon

Hier j’ai descendu ma Bugaboo Caméléon (modèle 2009, pas la Caméléon 3) à la cave pour archivage! Et oui après 2 ans de bons et loyaux services, son utilisation est devenue tellement sporadique que nous avons décidé de la ranger.
L’occasion pour moi de faire le point sur cette poussette et de vous donner mon avis.

Poussette Bugaboo Caméléon: les caractéristiques résumées

La poussette Caméléon est une poussette 4 roues, plutôt imposante, « presque » tout terrains, qui fait nacelle / siège face pousseur / siège face route et « travel system » si on achète un siège auto 0+ compatible (au choix bébécomfort, maxi-cosi, peg perego…) avec les adaptateurs qu’il faut.

Elle est donc utilisable de la naissance à l’âge de la marche sans problèmes.

En mode « poussette », elle pèse 10,36 kg avec son hamac et sa capote (source poussette-magazine), ce qui est bien plus lourd qu’une poussette canne, mais par contre elle offre plus de prestations et plus de maniabilité (mais j’y reviens plus tard).

Son pliage est « à plat », et peut être très compact si on prend la peine de démonter les roues (quand le coffre est très plein par exemple.

Une de ses particularités est qu’elle s’achète par morceaux: d’un coté le châssis, de l’autre coté l’habillage de base = fond de la nacelle + fond du hamac, et enfin l’habillage final = capote, dossier du hamac et dessus de la nacelle. Vous pouvez donc faire votre propre mélange de couleurs entre la base et le reste.

Dernier point, il n’y a qu’un seul châssis sur lequel vient se fixer soit l’habillage « nacelle », soit l’habillage « hamac ». Hors de question donc d’alterner nacelle / hamac, on fait soit l’un, soit l’autre. Contrepartie: le tout est très compact une fois archivé!

Voilà pour les généralités. Je vais maintenant entrer plus dans les détails avec mes avis personnels sur notre poussette que nous avons acheté neuve en 2009.

La Bugaboo Caméléon en mode nacelle

Nous avons utilisé la nacelle pendant 4 mois et demi, d’octobre à mars.

Elle est vraiment spacieuse (72 cm de long), avec un fond en bois, un matelas mousse + une épaisseur alvéolée. Le matelas et tout l’intérieur de la nacelle sont en tissu doux style jersey de coton. Les cotés sont tous rembourrés. L’extérieur de la nacelle est en toile, bien résistante.

Ce n’est pas une nacelle en dur comme on peut trouver chez Chicco ou d’autres marques. Elle n’est donc pas utilisable en voiture (mais je parle déjà pourquoi de toute manière, une nacelle en voiture n’est pas recommandé ici).

La nacelle est positionnée plus bas que sur d’autres poussettes, mais personnellement, cela ne m’a pas dérangé. Je vois pas ce que 15cm vont changer à l’absorption de polluants… Et comme je ne suis pas immense (1m62), je n’ai pas eu tant que ça à me pencher…

Comme elle est grande, elle est un peu plus encombrante que d’autre poussettes en mode nacelle. Par contre j’ai réussi à entrer dans pas mal d’ascenseurs, simplement en remontant le guidon quand c’était très étroit, et du coup la longueur de la poussette devient égale à celle de la nacelle.

La nacelle est bien sur déclipsable du châssis donc on peut la prendre avec soi quand on est chez des amis pour laisser bébé dormir dedans au salon sans avoir à prendre toute la poussette.

Comme elle n’est pas en dur, la nacelle est plutôt légère. Mais faut pas pousser non plus. J’ai du une fois monter 3 étages avec la nacelle et le bébé dedans, ben je le ferai pas tous les jours…

La capote est bien sur fonctionnelle sur la nacelle, rien de bien original à ce niveau là.

Sur le dessus de la nacelle vient se fixer le tablier, avec un zip qui en fait tout le tour, + 2 petits élastiques qui permettent aussi de maintenir le tablier fermé en les attachants aux crochets de la capote, sans avoir à zipper. Le tablier est simplement fait de la toile de la poussette, légèrement rembourré. Il permet simplement de protéger l’intérieur, mais n’a pas vocation à tenir chaud.

Ici pendant les mois d’hiver, je mettais dans la nacelle soit un nid d’ange, soit ma babynomade, le bébé bien habillé (mais sans manteau, seulement bonnet et écharpe) dedans et voilà. Si vraiment il faisait très froid, j’ajoutais une couverture en laine par dessus, et BbSuisse a toujours eu suffisamment chaud, même quand il neigeait.

Le matelas n’est pas inclinable. Je positionnais donc quelques langes en molleton sous la tête du matelas pour faciliter la digestion.

L’ensemble est bien sur lavable en machine.

Rien à dire donc, j’ai été vraiment satisfaite de cette nacelle. Nous sommes passés au mode « hamac » = poussette normale quand BbSuisse a réclamé de voir un peu plus le paysage, vers 4 mois et demi. Elle aurait pu encore aller dedans mais elle ne s’y plaisait plus.

La Bugaboo Caméléon en mode poussette

Nous avons donc archivé l’habillage « nacelle » à 4 mois et demi, et l’avons remplacé par l’habillage « hamac ». Seule la capote reste la même pour les deux modes.

Le hamac est donc composé de deux parties:

  • la base constituée du dossier, de l’assise et du repose pied
  • l’habillage qui recouvre le dossier d’une autre couleur

Le dossier est constitué de lattes de bois (qu’on ne voit pas, elles sont dans la toile) rembourrées, le tout dans une toile très résistante. L’assise est faite d’une plaque de bois recouverte d’un matelas en mousse, le tout dans une fourre en toile. Enfin le repose pied est inclus dans le hamac. Le tout est très confortable, surtout le dossier, où, comparé à ma Maclaren Quest, on n’est pas dans une toile tendue et rembourrée où on peut sentir des armatures, mais vraiment dans un dossier « solide » comme un fauteuil.

Subtilité: le dossier n’est pas inclinable. Je m’explique: le dossier n’est pas inclinable PAR RAPPORT à l’assise, c’est à dire qu’il y aura toujours un angle (droit) entre les jambes et le dos de l’enfant. Cependant l’ensemble « assise + dossier » est lui inclinable en 3 positions.

  • Position allongée:Dans cette position, le cadre du hamac est horizontal, bébé est allongé, avec les fesses au fond, la tête à la même hauteur que les genoux. Je vous rassure, pas de soucis pour faire la sieste comme ça, jusqu’à 18 mois elle a pu faire des siestes de 1h30 dedans sans problème. C’était la position idéale au début, juste après le passage au hamac car elle était encore petite, mais elle avait une bien meilleure visibilité que dans le landau. Après on a utilisé cette position pour les siestes.
  • Position inclinée:Dans cette position, le cadre du hamac est à 30° environ. Bébé est légèrement couché mais pas trop. C’est la position idéale tant que bébé ne marche pas. Les muscles de son dos ne sont pas encore vraiment prêts à assurer la position assise trop longtemps, mais pour autant c’est une position qui reste active et avec une super vue. On l’a donc utilisée de 6 mois à 14 mois environ
  • Position assise:Dans cette position, l’assise du hamac se retrouve à l’horizontale et le dossier à la verticale. C’est vraiment la position idéale pour les enfants plus grands qui sont mobiles. Contrairement à ma Mac Laren, le dossier est vraiment droit, et elle adorait cette position « vraiment » assise.

Le passage d’une position à l’autre est super facile: on appuie avec les deux mains sur le gros boutons ronds des cotés, et voilà. Le clic assure qu’on a bien passé la position. RAS.

En mode Poussette, la barre de sécurité prend tout son sens (barre qui passe devant l’enfant). En effet, bien que le harnais cinq points soit très bien, la barre est vraiment rassurante, surtout en position assise. Ici, BbSuisse adorait s’y accrocher, comme si on allait faire un grand 8.

Enfin on peut passer du mode face pousseur au mode face route en un clin d’oeil: une pression de chaque coté sur le bouton rectangulaire, on soulève le cadre, on le retourne, on le reclipse, et voilà! Avec un bébé pas trop lourd on peut même le faire sans l’enlever de la poussette. Idéal, rapide, facile, simple, rien à dire!

En pratique, on est resté en mode face pousseur jusqu’à ses 16 mois, puis on est passé face à la route. Là encore, on a simplement attendu qu’elle le veuille.

Le guidon de la Caméléon

Le guidon de la Caméléon est constitué d’une seule barre, ce qui permet de conduire à une main très facilement.

On peut régler sa longueur avec des clips, il est en fait télescopique. Donc si on est grand avec des grandes jambes, en allongeant le guidon, celui-ci est à la fois plus haut et plus loin de la poussette, fini donc les pieds qui se prennent dans la poussette. Il faut dire que les concepteurs sont hollandais, donc en général assez grands…

J’avais ajouté des scratchs avec des crochets pour me permettre d’ajouter facilement un sac à langer sur le guidon. Les scratch étaient positionnés juste au dessus des clips permettant d’ajuster la longueur du guidon, ils n’ont pas bougés.

Ce qui est pratique, c’est que le guidon peut être relevé, et retourné. En effet il pivote autour de l’axe central de la poussette (les gros ronds blancs), et peut être utilisé au choix d’un coté et de l’autre. Pour cela, deux petits boutons sont placés sur le guidon. On les tire et hop, on peut faire passer le guidon de l’autre coté. J’ai surtout utilisé cette option quand j’étais un peu juste niveau place. Je relevais le guidon au dessus du cadre le temps d’un trajet en ascenseur par exemple, puis le redescendait. Très pratique.

Les terrains de prédilection de la Bugaboo Caméléon

L’avantage de placer le guidon d’un coté de l’autre est surtout lié à l’utilisation sur différents terrains. En effet la poussette Caméléon est une poussette 4 roues, avec les deux roues arrières très grandes, en mousse, et les deux avant petites, avec une suspension ajustable.

Les roues étant en mousse, il n’y a pas de risques de crevaison. L’amorti est quand même très bon, donc pas de problèmes pour les pavés. Pour les chemins avec des cailloux ça passe très bien aussi.

Les grandes roues permettent de passer quasiment partout: les ballades en forêt sont très faciles, beaucoup plus faciles qu’avec la Maclaren Quest. Si le terrain devient trop compliqué (sablonneux par exemple), il suffit de faire passer les grosses roues devant, de bloquer le pivot des petites roues et voilà. Pour les téméraires, quand la poussette est en mode hamac, on peut même l’utiliser qu’avec les deux grosses roues. Bon on a jamais essayé, mais sur leur site on peut voir des explications.

Aucun soucis non plus pour rouler sur la neige, jusqu’à 5-8 cm ça passe bien (mes hivers neigeux à Lausanne sont donc un bon souvenir).

Cette poussette va bien sur très bien pour la ville. Ici à Lausanne, elle passe dans les escaliers mécaniques, les ascenseurs, le métro, les bus… Elle reste quand même plus encombrante qu’une poussette canne…

Confort de conduite de la Bugaboo

Rien à dire à ce niveau là, elle se conduit vraiment super bien! D’une main sans problèmes, même avec un bambin de 13 kilos dedans (soit 10 + 13 = 23 kilos à pousser). Pour le coup, j’ai beaucoup plus de plaisir à l’utiliser avec un bébé lourd que la Maclaren Quest. On pousse vraiment sans aucun effort. Elle pivote avec une facilité déconcertante.

Le revers de la médaille, c’est que dès que le terrain est en pente, elle file toute seule! Donc pas question de la lâcher sous peine de la voir dévaler la rue… Pour palier à ce risque, Bugaboo a installé une dragonne sur le guidon (comme pour les bâtons de ski). Vous êtes donc sensés y glisser votre poignet pour pouvoir lâcher le guidon sans risque. En pratique j’y glissais le pouce, et cela suffisait, tout en me laissant plus de liberté de mouvement (plus facile à mettre et à enlever).

Enfin si vraiment vous êtes à l’arrêt, le frein à cran vient bloquer les roues arrières. Le frein est au guidon et s’apparente vraiment à un frein à main. Assez dur à manipuler au début, il s’apprivoise facilement. Son avantage est qu’il bloque VRAIMENT les roues, pas de risques que la poussette bouge après ça.

On pourrait simplement lui reprocher de ne pas avoir un frein « de vélo » pour simplement la ralentir quand on est en descente, car sur une rue très pentue, on est vraiment content de pouvoir se raccrocher à la dragonne…

Le pliage / dépliage de la Caméléon

Voilà la partie où je vais commencer à être un poil moins enthousiaste.

Alors le pliage / dépliage de la Bugaboo Caméléon est complètement différent de ce que vous pourriez connaître sur d’autres poussettes. Il faut donc un petit temps d’adaptation. L’idée de base est qu’il faut déclipser le hamac ou la nacelle du châssis, puis on plie le châssis. L’ensemble formant un bloc « plat » et assez large. Je vous laisse contempler les vidéos de montage et démontage sur poussette-magasine par exemple.

Si on part en voyage, en démontant les grosses roues, et en aplatissant la nacelle (pas besoin si c’est le hamac), on arrive à quelque chose de facile à caser dans le coffre par dessus les bagages.

Si on va juste faire quelques courses, on laisse les grosses roues, mais alors bonjour l’encombrement. Faut pas compter en mettre deux dans le coffre comme ça…

Ce que je lui reproche surtout, c’est que même si le pliage du châssis est facile (et le remontage aussi), je trouve casse pied de toujours devoir déclipser l’assise du châssis. Ce qui fait que pour aller faire une petite course avec la voiture, ça devient beaucoup de manipulations pour pas grand chose. Je suppose que si on utilise dans ce cas le siège auto compatible comme assise cela fait plus de sens (avant 15 mois donc).

J’ai apprécié le fait que la nacelle s’aplatisse dans les voyages.

Enfin le fait qu’elle n’ait pas un pliage « canne » et qu’en plus elle se plie en deux morceaux, font que ce ne sera pas « facile » de la prendre en avion. Il faut s’équiper d’un sac de transport adéquat (qui coûte une fortune), la démonter intégralement, et la faire enregistrer avec vos bagages. Si vous prenez souvent l’avion, misez plutôt sur une écharpe ou une poussette canne.

Les accessoires Bugaboo

Voilà je vais maintenant passer en revue les différents accessoires de la Caméléon. Certains sont compatibles avec sa petite soeur, la « Bee ».

  • La protection pluie (livré avec)

La protection pluie vient recouvrir l’intégralité du hamac/ nacelle. Elle recouvre également la capote donc. Elle est en plastique transparent épais et de très bonne qualité + de la toile noire au niveau des pieds. Elle a un volet d’aération pour éviter la buée, et des armatures pour qu’elle reste en forme de bulle. Ce que je lui reproche, c’est d’être encombrante pliée, donc je ne l’emmenais que si je voyais qu’il allait pleuvoir, car elle prend la moitié du panier… Je lui reproche également qu’on doit fermer la capote pour l’installer, et que du coup l’enfant ne voit plus rien. On peut sinon enlever la capote et ne garder que les armatures de la capote, mais alors cela fait beaucoup de manipulations!

Pour palier à cet inconvénient, je me suis cousu une capote en plastique transparent, que j’utilisais à la place de la capote en toile.

  • moustiquaire (livré avec)

La moustiquaire, je ne l’ai jamais utilisée! Super compacte, elle vient s’appuyer sur le cadre de la poussette et les armatures de la capote (que l’on doit donc fermer).

  • ombrelle (séparément, compatible avec la Bee avec l’adaptateur vendu avec)

L’ombrelle a été très utilisée l’été. On peut soit la fixer au guidon, soit la fixer sur le cadre, à condition d’enlever la capote. Elle est très bien, anti-UV, disponible en plusieurs couleurs. Je lui reproche juste de pas être « très » facilement inclinable. Il faut la tordre, et ce n’est pas ultra pratique.

  • chancelière (séparément)

J’ai testé la chancelière bugaboo. Le plus est qu’elle s’ajuste super bien, recouvre complètement le dossier de la poussette, ne glisse pas, se zippe facilement… L’inconvénient, c’est qu’elle n’est pas assez chaude à mon avis. J’en ai cousu une moi-même pour palier à cet inconvénient.

  • panier (livré avec)

Alors ça c’est le plus de cette poussette, le panier est énorme! Il doit faire 20L au moins! Je reconnais qu’en mode nacelle il faut un peu se contorsionner, mais en mode poussette il est vraiment très facile d’accès. Il est tout en toile, avec un fond dur, donc les choses dedans sont bien protégées, et personne ne voit ce qu’il y a dedans. On ne doit pas mettre plus que 4kg dedans, mais ça m’est arrivé et il résiste sans problèmes.

  • roues neiges (séparément)

Je n’ai pas testé, mais on peut interchanger les roues avant avec des roues plus grandes qui permettent par exemple de mieux rouler dans la neige ou dans des chemins difficiles.

  • Capote UV

La capote UV est une capote en toile doublée d’un tissu anti-UV et avec des ouvertures à l’arrière et sur le coté en maille anti-UV mais qui laisse passer l’air et la vue (un peu). J’ai trouvé ça très bien pour l’été pour faire de l’ombre fraiche vu que du coup ça ne chauffe pas malgré le soleil, et les aérations sur le coté apportent un peu d’air. Mais surtout, pour une fois, l’enfant peut voir un peu ce qui se passe même si la capote est fermée, donc c’est plutôt pratique.

Voilà j’ai fait le tour de mon utilisation de la Caméléon. Si vous l’avez testé, qu’en avez vous pensé?

Laisser un commentaire

Fermer le menu