Skip to content

Couture d’un second Onbag

Une de mes amies ayant accouché en juin de son deuxième bébé, et étant elle-même convaincue par le portage, elle m’a demandé comme cadeau de naissance un Onbag!

En effet, plutôt que de recevoir un enième pyjama, le Onbag est vraiment super utile! Pour celles qui n’ont pas suivi, il s’agit d’un sac à langer super pratique, complètement adapté au portage (quel que soit le type de porte-bébé utilisé: écharpe, manduca, babybjorn…). Vous pouvez relire l’article consacré à la couture de mon premier onbag (avec des photos à l’appui).

Pour ce onbag, j’ai adopté une technique un peu différente. Je ne vais pas faire un pas à pas détaillé, mais simplement souligner les différences avec ma première méthode.

Photos du Onbag

Le onbag vu de dos avec la poche zippée large

Le tissu m’a été fourni par l’heureuse maman et vient encore du géant Suédois. La doublure est la même que pour le mien.

Voilà donc à quoi ressemble ce nouvel Onbag. Ici vu de dos, avec une poche zippée sur l’arrière comme pour le mien. On remarque une autre poche zippée plus étroite sur le coté qui est faite pour le téléphone. Elle est bien plus facile d’accès que celle sur l’arrière, donc normalement on a le temps de décrocher avant qu’il n’arrête de sonner…

La technique d’assemblage est différente, du coup on voit les coutures apparentes sur les angles du sac.

A l’intérieur, aussi du changement. Je n’ai pas fait la bande avec les accroche clés / lolette / trucs… Par contre j’ai fait deux vrais poches sur les cotés: idéales pour ranger les couches, une bouteille, un biberon, du liniment, des lingettes… C’est la même grande séparation sur l’arrière pour glisser le tapis à langer, mais j’ai mis du biais sur le bord pour contraster.

L’intérieur du Onbag: des vrais poches sur les cotés, un joli biais pour créer un contraste au niveau de la poche du tapis à langer

Différences avec mon Onbag précédent

La plus grosse différence réside dans l’assemblage, dont je parlerais juste après. Sinon, les dimensions sont exactement les mêmes, j’ai par contre modifié les poches, les anneaux et les fermetures.

Poches

Pour les poches extérieures, je trouvais que ma poche arrière zippée remplissait bien mon cahier des charges, à savoir: bien fermée pour ne pas se faire voler, accès direct (pas de rabat à ouvrir), assez grande pour le portefeuille. Par contre, une fois le sac installé, elle n’est pas spécialement facile d’accès puisque la plupart du temps elle se retrouve au niveau de mes fesses. Et faire pivoter le sac n’est pas super facile car le tissu « s’agrippe ». J’ai quand même bien pris le coup de main pour aller ouvrir le zip, prendre mon portefeuille, le remettre et le refermer. Mais pour le téléphone, je n’arrivais jamais à être assez rapide. J’ai donc fait une petite soeur à la poche, sur le coté, donc beaucoup plus facile d’accès. Elle aussi est zippée et « invisible ». On peut y mettre un smartphone sans soucis.

J’ai conservé la poche sur la face avant sous le rabat identique.

La bretelle avant assemblage: les anneaux sur le fond, les poches latérales intérieures

A l’intérieur, je trouve très chouettes mes accroches tout sur mon sac, mais cela prends passablement de temps à réaliser… J’ai donc capitulé.

Sur mon sac, il n’y a pas de poches sur les cotés mais seulement des élastiques pour retenir une bouteille ou un bib. A l’usage, je trouve que des poches sont plus utiles que des simples élastiques, c’est pourquoi sur cette version j’ai fait des poches qui font toute la largeur du sac.

Dernière poche, celle pour le tapis à langer. Aucune différence donc avec mon sac, sauf que j’ai mis un biais du tissu extérieur, d’une part pour rigidifier un peu le bord de la poche, et d’autre part parce que comme ça on la repère mieux, et pour une maman avec deux bébés, il faut que ce soit pratique!

Fermetures

Sur mon sac, le sac se ferme avec des scratch. Je voulais pour ce sac une finition un peu plus soignée. J’ai opté pour des petites fermetures magnétiques, comme on a sur nos sacs à mains. J’en ai placé deux pour la fermeture du rabas. L’inconvénient par rapport au scratch, c’est qu’on perd la « flexibilité » pour le volume du sac. Les fermetures sont donc placées pour un volume assez grand du sac. J’ai en revanche ajouté à l’intérieur du sac (on les voit sur la photo de l’intérieur), une fermeture qui permet, quand le sac n’est pas très plein, de le refermer un petit peu par le centre, et de simplement rabattre le rabat sans forcément le fermer avec les fermetures.

Anneaux

Souvenez-vous, le sac dispose de 2 anneaux placés en bas du sac, qui permet de le transformer en sac à dos, ou de simplement répartir le poids du sac autrement en fonction du type de portage que l’on choisit.

Sur mon sac, les anneaux étaient placés sur le bas des cotés. Pour celui là, je ne pouvais pas les placer à cet endroit, d’une part parce que ce n’était pas facile à faire avec les poches intérieures latérales, d’autre part parce que mes bretelles se « superposaient » à cet endroit (j’en parle dans l’assemblage). J’ai donc décidé de placer les anneaux sur le fond du sac. Après réflexion, j’ai aussi trouvé cela judicieux car du coup l’écartement des bretelles est moins grand en version sac à dos et donc plus adapté à une morphologie féminine…

Bretelles

J’ai été confronté à un soucis esthétique pour les bretelles de ce sac. En effet le coupon de tissu faisait bien 2 m par 1,4 m comme j’espèrais. Simplement, le motif « allongé » était dans la largeur au lieu d’être dans la longueur. Cela aurait vraiment été dommage de ne pas exploiter le motif, j’ai donc fait mes bretelles à partir de bandes de 1,4 m au lieu de 2m. Il m’a donc fallu 3 bandes de 1,4m (plus exactement, une de 50 cm, et deux de 1,3 m) pour obtenir mes 3 m de bretelle. La partie de 50 cm constitue a posteriori le fond du sac, et le raccord entre les bandes apparaît donc sur le coté (en bas) du sac. Je ne pense pas que cela puisse compromettre la solidité du sac. D’autant plus que le problème ne se présentait pas pour la doublure qui est constituée de deux morceaux de 1,7m raccordés selon la même technique que pour mon onbag.

Technique d’assemblage

Pour l’assemblage donc, j’ai procédé radicalement différemment. Pour le mien, j’avais assemblé d’une part l’extérieure, d’autre part l’intérieur. Puis j’avais retourné les deux et cousu endroit contre endroit les bretelles, le haut de la face avant et le rabat, en laissant un trou. Puis, tout retourné, surpiqué… Au final, des passages étaient très délicat à passer à la machine et le travail assez long.

Une bobine de 200m, presque morte après deux onbag…

Pour cette version, j’ai d’abord cousu chaque partie du sac complètement (après avoir installé poches, fermetures, anneaux…):

  • couture endroit contre endroit de la doublure et de l’extérieur de la face arrière, puis retourné, puis repassé
  • couture endroit contre endroit de la doublure et de l’extérieur de la face avant, en laissant ouvert le bord supérieur, puis retourné, puis repassé. J’ai refermée le bord supérieur en faisant « un ourlet » du tissu extérieur.
  • couture endroit contre endroit de la doublure et de l’extérieur des bretelles, en laissant ouvert les extrémités, puis retourné, repassé, coupé en biais les extrémités. J’ai retourné sur 1 cm les extrémités pour refermer.

Ensuite, j’ai cousu, envers contre envers (on pourrait dire doublure contre doublure…), les pièces entre elles, l’assemblage est donc visible un peu comme une surpiqure, et on voit les épaisseurs de tissus prises en sandwich. J’ai alterné l’utilisation du point droit simple et du point droit triple (recommandé pour des toiles épaisses, soumises à beaucoup de tensions).
Le rendu final est très satisfaisant, et on obtient un sac qui se tient un minimum, en restant très très souple (idéal donc pour le portage).

Enfin pour conclure, voici ma bobine qui a servi exclusivement à la couture des 2 Onbag…

Que pensez-vous de cette nouvelle méthode? Quelle méthode avez-vous choisie?

 

Ces articles pourraient vous intéresser :

Coudre ses couches, pas si compliqué!
Coudre un "sac à main" adapté au portage: le Onbag "fait maison"
Veste de portage dos: mon tutoriel
Passionnée par tous les aspects entourant la maternité, et ravie de pouvoir partager mon expérience, je vous propose mes services de Baby Planner et Consultante en Maternité. Découvrez mon !
2 commentaires
  1. Cyndi #

    On dirait qu’il n’y a pas de hasard…
    En attendant bébé, je me suis mise à la couture et au tricot.
    Dernière envie: coudre un sac à langer. J’ai trouvé un patron dans un livre que l’on m’a prêté (Créations câlines pour mon bébé) et j’ai profité d’une virée à Allaman (!!?) pour acheter du tissu.
    J’avais déjà cousu le sac extérieur quand j’ai réfléchi à son utilisation. Ma grande question: comment porter un sac et un bébé en écharpe pour que cela soit pratique? Après plusieurs recherches, je suis tombée sur ton article! Quelle délivrance! Quelqu’un s’était déjà posé les mêmes questions que moi et avait réalisé DEUX sacs!

    Avec le tissu qu’il me restait j’ai donc ajouté les lanières et les anneaux. Pour l’instant il n’est pas encore fermé (manque de tissu) et je ne l’ai pas encore testé, mais il me parait vraiment pratique.

    Donc en plus de mon modèle, j’ai ajouté des 4 poches intérieures, dont deux avec élastiques (selon ton modèle), j’ai ajouté des lanières à mon sac sans les faire passer par le fond et j’ai ajouté les anneaux.
    Pas de fermeture éclair.
    Pas encore de rabat pour fermer le sac.

    Merci beaucoup pour tes explications, tes photos et les liens des différents sites que tu consultes! C’est toujours un plaisir de te lire!

    octobre 13, 2011

Trackbacks & Pingbacks

  1. Mon Onbag - Recette

Les commentaires sont fermés.