Conseils et astuces allaitement

Conseils et astuces allaitement

J’ai eu la chance d’allaiter ma fille 17 mois et l’allaitement m’a procuré beaucoup de bonheur (et quelques douleurs parfois…).

Avant de revenir dans des prochains articles sur mon expérience de l’allaitement, surtout après les six premiers mois, je voulais commencer par partager ici les « trucs » qui m’ont aidé ou été utiles, voir indispensables, pendant cette période.

Allaitement niveau 1: mise en route de la lactation:

Voilà bien un des moments clé de l’allaitement: sa mise en route. Ici la montée de lait est venue sans trop de problèmes, mais ma fille voulait tout le temps être au sein, les crevasses sont dont arrivées très rapidement!

Ce dont vous aurez besoin:

Un bon soutien gorge d’allaitement que vous aurez acheté dans votre 8ème mois de grossesse, 1 bonnet au dessus de votre taille habituelle (donc si vous êtes 75A d’habitudes, prenez un 75B – je parle en tailles suisses là, parce que pour les tailles françaises c’est beaucoup plus compliqué de trouver la correspondance!). Vous pourrez en acheter d’autres par la suite, une fois que votre montée de lait sera passée. Ici j’ai essayé des Triumph et des Anita. Je préfère ceux en coton que ceux en microfibre, mais c’est une question de goût… On en trouve (à Lausanne) à la Coop, Manor, InPregna (voir l’article sur les vêtements de grossesse) et dans les magasins de puériculture (Autour de Bébé, Baby 2000, Babyzou…). On en trouve aussi sur Internet, mais pour le premier je vous conseille d’essayer, d’autant plus que les marques (et même les modèles!) taillent différemment… Si vous en voulez des originaux, allez chez BellyB, ils sont absolument sublimes et très confortables!

Des coussinets d’allaitement jetables ou lavables: Ici la clinique fournissait des jetables donc j’ai commencé par ça, en les changeant presque à chaque tétée (indispensable à cause des crevasses). Ce n’est normalement pas la peine d’en emmener avec vous à la maternité.  Entre les différentes marques de jetables, ils se valent, donc vous pouvez prendre les moins chers. Pendant les 3 premières semaines, j’avais beaucoup de fuites de lait donc je suis restée aux jetables. Puis je suis passée aux lavables. J’en utilisais 3 paires par jour, et après 2 mois 1 paire par jour (je n’en ai plus eu besoin vers ses 8 mois). Je les lavais deux fois par semaine avec mon linge normal. Si vous optez pour des lavables, je vous conseille de prendre 12 paires. Parmis ceux que j’avais, j’ai préféré ceux assez fin comme les AVENT, les bravado (qu’on trouve ici) ou les bébé confort (qu’on trouve ici).

Un soin pour les mamelons: Il y a bien sur le « connu » Purelan que l’on nous fournissait même à la maternité. Bon j’ai pas vu une véritable efficacité sur mes crevasses… Ma sage-femme m’avait également conseillé l’onguent Raphaël. C’est déjà un peu plus efficace, mais il faut rincer avant de donner le sein. En dernier recours, pour les crevasses, ma soeur m’a donné un pot de Bariéderm d’Uriage qui, je dois dire est assez impressionnante pour tout ce qui est fissures et crevasses.

Un stimulant pour la lactation: Ce n’est pas obligatoire, mais si vous stressez à l’idée de rater votre montée de lait, ça peut vous aider à passer ce cap plus sereinement. Pour la suite, ce sera surtout utile pour les pics de croissance (3 semaines, 3 mois, 6 mois…). J’en ai testé plusieurs:

  • le Stimulact(qu’on trouve dans les pharmacies Amavita, celle des portes St François par exemple): mélange de fenouil et de malt, découvert car ils nous en donnaient un tube à la maternité. Il permet aussi de diminuer les fameuses coliques du nourrisson (radical sur ma fille! Une semaine sans et elle se tortillait tout le temps, j’en ai repris, et plus jamais eu de coliques!)
  • le Galactogyl:granules sucrées à croquer ou mélanger dans l’eau. Pas vraiment d’effet chez moi et plus contraignant à prendre que les gélules (mais ça oblige à bien boire)
  • l’homéopathie:J’ai testé la préparation Similasan pour l’allaitement. J’ai pas été convaincue non plus, mais une de mes amies ne jurait que par ça (surtout pour gérer la poursuite de l’allaitement avec la reprise du travail).
  • la bière (sans alcool de préférence):à réserver pour plus tard, on imagine pas trop prendre ça le premier mois 😀

En cas de grosses crevasses qui saignent: Plusieurs options se présentent:

  • les crevasses sont gérables: vérifier la position d’allaitement, bien laisser sécher le téton après la tétée, et mettre une des crèmes citée plus haut, utiliser des copettes en argent (demandez à votre sage-femme de vous en louer!);
  • la douleur est insupportable pendant la tétée: optez pour des téterelles ou le tire-lait!

Personnellement je préfère les téterelles au tire-lait. Déjà, le bébé est obligé de faire le « bon mouvement » de téter pour amorcer le réflexe d’éjection. Ensuite, la tétée se fait en une phase, vous le mettez au sein et hop, presque comme si vous allaitiez sans rien. Donc gain de temps. Enfin vous gardez vraiment l’impression d’allaiter, vous pouvez continuer à améliorer votre position… Il faudra progressivement retirer les téterelles quand les fissures sont guéries. Ici j’ai été confrontée à ce problème et j’ai commencé par retirer les téterelles pour une tétée sur 2 au bout de 10 jours, puis 1 sur 3 jusqu’à pouvoir les enlever pour toutes. Le bébé devra aussi se ré-habituer car le contact du sein est différent de la silicone. Ma sage-femme m’avait conseillé de prendre une taille au dessus (eh oui il y a des tailles pour les téterelles!). Pour finir, je vous propose de lire le témoignage de Madame Baby Pop qui allaite « longtemps » et toujours avec ses téterelles!

Une préparation minime: Une bonne position d’allaitement est importante pour assurer une bonne prise du sein, une bonne stimulation de l’allaitement, et une tétée confortable. Si vous avez des crevasses, vous devrez sérieusement vérifier votre position (et la position du bébé) car c’est une des première causes des crevasses. Profitez de votre cours de préparation à la naissance pour demander à voir et tester des positions d’allaitement, si possible avec un poupon pour bien se rendre compte. Une fois à la maternité avec un bébé qui pleure, ce sera beaucoup plus difficile d’expérimenter. Vous pouvez aussi aller à une réunion de la LLL avant la naissance pour y glaner des conseils.

Eventuellement un coussin d’allaitement: J’en avais un, en balle d’épeautre, que j’ai beaucoup aimé utiliser pendant ma grossesse, mais je n’ai pas du tout apprécié pour l’allaitement. À la maternité ils en avaient en billes de polystyrène, mais je n’aimais pas non plus. Je préférais bien caler ma fille dans le creux de mon coude puis mettre un petit coussin sur mes genoux, ou croiser les genoux. Donc pour moi ce n’est pas un équipement indispensable.

Allaitement niveau 2: faire durer le plaisir…

Maintenant que votre allaitement est mis en place, voilà les petits trucs pour que cela continue au mieux!

Soignez votre alimentation: Les premiers mois, surtout le premier, sont particulièrement éreintant. Il m’est arrivé de voir mon mari revenir du travail à midi, et je n’avais toujours rien mangé de la journée… Au delà de la fatigue que cela provoque, cela peut aussi nuire à la quantité (j’ai bien dit quantité, pas qualité!) du lait que vous produirez. Je vous livre mes secrets!

  1. la crème budwigtous les matins tu mangera! Truc hérité de ma maman, la crème Budwig a été conçue par la Dresse Kousmine (Suisse) pour palier aux carences nutritives. Très bon et très digeste, on peut trouver plusieurs variantes. Ma recette à moi: 4 cuillères à soupe de yaourt Mbudget (en gros pot), 1 cuillère à café d’huile de lin (Manor, Globus), 1/2 citron pressé, 1/2 banane écrasée, 2 cuillères à café de céréales moulues dans mon moulin à café électrique (suivant les jours, sarrasin, orge, épeautre…), et 2 cuillères à café d’oléagineuses (aussi moulues dans mon moulin à café électrique), suivant les jours, sésame, tournesol, amandes, noisettes, courge… Bon appétit! Bonus: depuis que j’en prends tous les matins, mon acné à disparu, hasard ou pas?
  2. la purée d’amandesur tes tartines tu mettra! Si vraiment vous n’avez pas le courage pour la budwig, prenez au moins deux tranches de pain avec de la purée d’amande. C’est très nutritif et bien gras, idéal pour faire du bon lait!
  3. de l’ovomaltinesans limite tu boira (mais avec du lait délactosé de préférence que l’on trouve à la migros ou à la coop par exemple)! Et oui, l’ovomaltine contient du malt, qui est un stimulant naturel de la lactation. L’hiver chaud, ou l’été froid, il constitue un goûter bienvenu pour une maman allaitante! (non je ne suis pas sponsorisée!!)

Ménagez-vous: La fatigue est l’ennemie n°2 de l’allaitement (après le stress, number one!). Aussi ménagez-vous! le ménage attendra, et vos visites n’ont qu’à mettre la main à la pâte! Dormez quand bébé dort, prenez le frais la journée pour vous oxygéner, et posez-vous 5 minutes sur le canapé en rentrant…

Soignez votre image: l’allaitement vous botte, vous espérez devenir une marathonienne de l’allaitement? Alors il est temps de revoir votre garde robe! à vous les robes d’allaitement, T-shirt d’allaitement! et surtout magnifiques soutiens-gorge d’allaitement! Je mettrai mes adresses préférées dans un prochain article (celui là devient vraiment long!).

Continuez à vous informer: des sites très bien comme Lactéo ou le site de la LLL vous fourniront des réponses pertinentes si vous avez des doutes. Aller à une rencontre de la LLL peut aussi vous permettre de résoudre vos soucis ou simplement partager votre expérience.

Vérifiez que tout va bien: Si vous avez l’impression que bébé préfère un sein à l’autre, que la prise est douloureuse, il se peut que le bébé aie une sorte de torticolis. Dans ce cas, un petit passage par l’ostéo remettra tout ça en place.
Pour ce qui est de la prise de poids, si elle est progressive, même lente, il n’y a pas forcément lieu de s’inquiéter. Dans le doute, mettez bébé plus souvent au sein pendant quelques jours pour booster votre production.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu